Marche de la Bièvre – 15 mai 2022

Citer

Il est encore temps de vous inscrire à l’événement phare de la vallée de la Bièvre, suspendu depuis deux ans à cause de la pandémie. Trois options vous sont proposées. Elles vous permettront de découvrir la Vallée de la Bièvre en traversant des Itinéraires urbains mais principalement les parcs, bois, et chemins, qui bordent la rivière et ses alentours.  

  • Marche à la Lune (51 Km) – Départ à minuit de Paris (Place Jussieu).
  • Marche à l’Aurore (29 Km) – Départ à 4h30 de Bièvres (Centre Culturel Ratel).
  • Marche au Soleil (22 Km) – Départ à 8 h de Jouy-en-Josas (École Émile Mousseau).

Organisé par l’association Marche de la Bièvre, marche.bievre.org. Inscriptions closes.

 

Conférence et expo »Chouettes et hiboux, ces méconnus »

Citer

L’Association Ver Luisant de protection de la nature présente dimanche 22 mai à Buc à l’espace des Pyramides une exposition de la LPO « Plumes de nuit » de 15 h à 20 h et une conférence par Jean-Pierre Thauvin (association des naturalistes des Yvelines) de 16 h à 18 h.
2 € par personne, 5 € par famille.

Plan de prévention du bruit dans l’environnement – Versailles Grand Parc

Les AVB ont remis un avis critique sur le Plan de Prévention du Bruit dans l’Environnement (PPBE) de VGP lors de la concertation qui s’est terminée le 7 mai 2022 : La méthode utilisée masque les bruits ponctuels répétés qui causent pourtant des nuisance importantes ; sous-estimation des gênes liées à la circulation routière et manque d’initiative sur les mesures correctives ; sous-estimation récurrente des nuisance sonores autour des aérodromes comme celui de Toussus-le-Noble.

Bref, Versailles Grand Parc doit mieux faire sur ce sujet sensible qui concerne la qualité de vie et la santé des populations concernées (ce qui fait beaucoup de monde !)

> Lire l’avis remis par les AVB

conférence-débat le 7 avril 2022

Citer

L’arbre et les forêts – forêts de Versailles et de Verrières

Les Amis de la Vallée de la Bièvre ont organisé le 7 avril dernier une conférence-débat avec comme invité Michel Béal, directeur de la région Île-de-France ouest de l’Office National des Forêts.

Pour découvrir la richesse de nos forêts, les capacités extraordinaires des arbres, leur rôle dans la biodiversité et le changement climatique, retrouvez la présentation de M. Béal sur ce site.

Batterie de Bièvres : Halte au tirs

Citer

La mobilisation contre les nuisances sonores émanant du stand de tir de la Batterie de Bièvres dans le bois de Verrières a suscité un large soutien mais elle doit se poursuivre !

Pour obtenir une solution satisfaisante et pérenne, le collectif « Halte aux tirs » vous invite à participer, autour de nos élus et en présence des médias, à une marche organisée vers la Batterie de Bièvres.

 Rassemblement le 31 janvier prochain à partir de 9h30 pour un départ à 10h00 place de la mairie à Bièvres.

Soyons nombreux ! 

PS : Distance mairie vers centre de tir aller/retour 3,5 km. Prévoir d’être bien chaussé !

Contact : halte.aux.tirs@gmail.com

Pétition pour le classement de la forêt de Verrières

Citer

Pour le classement de la forêt domaniale de Verrières en « forêt de protection » 
La forêt domaniale de Verrières, forêt périurbaine de 576 ha située à 10 kms au sud-ouest de Paris, dans l’Essonne, classée Espace boisé, constitue pour la vallée de la Bièvre et ses environs un authentique poumon vert, un puit de carbone et un réservoir de biodiversité. Elle est notamment reconnue pour la diversité de sa flore, sa faune, ses mares, sa réserve biologique intégrale (42ha) et sa position jouxtant le site classé de notre vallée. Elle est très appréciée des citadins, qui viennent nombreux s’y promener et se détendre. 

Continuer la lecture

La Région Île-de-France amenée à verdir son schéma directeur

Citer

Septembre 2020 : Faisant suite à la « Conférence des parties » (COP) d’Île de France sur le climat, le conseil régional sélectionne 192 propositions constituant « la feuille de route » de son plan de relance pour la reconstruction écologique.  Ces 192 propositions se répartissent en cinq thèmes : Se déplacer autrement/Réconcilier l’homme, La vie et la nature / Produire sobrement / Mieux se nourrir et consommer / Une région pilote sur le climat.

Les objectifs sont louables, la plupart des propositions sont ambitieuses, toutes ne sont pas réalistes. Bon nombre d’entre elles ne relèvent pas de la compétence directe de la région mais peuvent être soutenues financièrement par elle. En effet, l’État poursuit souvent des objectifs peu conciliables, voire opposés à cette feuille de route (densification de l’habitat et de la population francilienne, création de nouveaux pôles d’activité destructeurs de l’environnement, etc). Enfin certaines de ses décisions sont très contestables, telle la construction  de la ligne 18 du Grand Paris Express…

Février 2021 : la région Île-de-France prend acte du fait que cette nouvelle feuille de route vient contredire certaines orientations de son Schéma Directeur (SDRIF) qui date de 2013, époque où les préoccupations écologiques étaient moins « tendance ». La révision du SDRIF devient donc inévitable. Le conseil régional décide alors de consulter les franciliens sur les questions d’environnement, pour « verdir au maximum » le SDRIF et construire une région « ZAN, ZEN et Circulaire », à l’horizon 2040.

« ZAN » signifie « Zéro Artificialisation Nette », ainsi tout bétonnage des sols doit être évité ou sinon compensé par la création d’une nouvelle zone naturelle de même surface, libre de constructions. « ZEN » signifie « Zéro Émission Nette », soit donc l’interdiction de toute émission supplémentaire de gaz à effet de serre. « Circulaire » veut dire ici « zéro ressources nettes » : ce qui implique l’autonomie de la région par rapport à l’extérieur (économie circulaire), soit donc produire ce que l’on consomme (notamment en matériaux de construction) mais aussi recycler sur place ce que l’on produit (notamment les déchets, lesquels n’ont pas vocation à être exportés ailleurs).

L’ambition de la région est ainsi de créer un « SDRIF-E » qui serait « le premier schéma d’éco-aménagement » en Île-de-France. Encore une intention louable (probablement non dénuée de préoccupations politiques en ces temps d’élection). Mais le problème principal va être de concilier les beaux principes de ce futur SDRIF-E avec certaines autres orientations potentiellement contradictoires, telles que les contraintes imposées par l’État. Rappelons ici que le SDRIF est un document d’urbanisme et d’aménagement du territoire qui définit une politique à l’échelle de la région. Il vise à contrôler la croissance urbaine et démographique ainsi que l’utilisation de l’espace, tout en garantissant le rayonnement international de la région. Il préconise des actions pour corriger les disparités spatiales, sociales et économiques de la région, coordonner l’offre de déplacement préserver les zones rurales et naturelles.

Comme le précise le code de l’urbanisme (art L123-1), le SDRIF « détermine notamment la destination générale de différentes parties du territoire, les moyens de protection et de mise en valeur de l’environnement, la localisation des grandes infrastructures de transport et des grands équipements. Il détermine également la localisation préférentielle des extensions urbaines, ainsi que des activités industrielles, artisanales, agricoles, forestières et touristiques ». Les PLU dans nos communes doivent être compatibles avec ce Schéma.

On le voit, le SDRIF ne comporte pas, loin s’en faut, que des orientations écologiques et environnementales (les effets délétères du Grand Paris en sont un bon exemple). Il est certes élaboré par la région mais celle-ci est loin d’avoir les mains libres, l’État pouvant peser lourdement sur son contenu.
En effet, l’État sera incontournable dans la transformation du SDRIF actuel en “SDRIF-E” puisque que c’est lui qui l’approuvera in fine par décret.

La région Île-de-France serait bien inspirée d’admettre un meilleur équilibre avec les autres régions. Elle ne doit plus tendre vers une concentration infinie de population et d’activités économiques, ce qui renvoie aussi l’État à son devoir de concevoir un aménagement du territoire beaucoup plus équilibré au plan national.
Le Conseil régional affiche son ambition de construire une « Île-de-France résiliente qui concilie haute exigence environnementale, production de logements sobres et de qualité, et attractivité économique afin que la Région capitale conforte sa place majeure dans la compétition internationale, tout en permettant à ses habitants de vivre confortablement dans un cadre de vie amélioré ou préservé et réduisant les inégalités. »

Voilà une belle promesse ! La phrase sonne bien mais elle peut comporter des contradictions internes car certains objectifs viennent en percuter d’autres : verdir en densifiant l’habitat, verdir en étendant les aires d’activité économiques, verdir le développement des transports, des infrastructures routières et ferroviaires. La boîte de pandore est à nouveau ouverte aux intérêts contradictoires et de nombreux conflits pointent à l’horizon.

Si les concertations proposées se concrétisent, les AVB y participeront activement afin que le verdissement annoncé ne jaunisse pas ou soit recouvert par des dalles de béton….