Réouverture des forêts de Versailles et Verrières-le-Buisson

Citer

Les promenades en forêt sont à nouveau possibles !
Mais l’ONF demande que nous soyons respectueux de la faune qui s’est déshabituée à nous voir.
Nous vous invitons à prendre connaissance des recommandations de l’Office National des Forêts

Partageons la forêt, mais en respectant la nature et ses habitants.

Bonnes promenades !

What do you want to do ?

New mail

L’événement pluvieux du 9 mai

Citer

La Bièvre déborde dans le bassin des Bas Prés à Jouy-en-Josas au matin du 11 mai

Un orage exceptionnel !
Dans la nuit du 9 au 10 mai dernier, une pluie d’une rare intensité est tombée sur Jouy et Saclay. La quantité d’eau cumulée de 70 mm équivaut à 2 mois de précipitations habituelles. Une telle pluie n’est censée se produire en moyenne que tous les cinquante ans. Le bassin des Bas Prés s’est trouvé rempli et de nombreux gravats parsemaient les chaussées. La gestion des différents bassins a été efficace et le SIAVB a géré cet apport d’eau dans la journée de dimanche pour être prêt à affronter un nouvel épisode annoncé par Météo France mais qui ne s’est pas produit.

Sans les aménagements réalisés ces dernières années qui ont accru les capacités de rétention, il est fort probable que les dégâts auraient été importants.

La répétition de ces événements violents ces dernières années, vraisemblablement due à l’évolution du climat, pose également avec urgence la question de l’artificialisation des sols  qui provoque un ruissellement massif que les réseaux ne peuvent absorber.

COVID19 – Le jour d’après ?

Citer

Chronique

Nos rapports avec la nature et avec les animaux sauvages, depuis que nous habitons à plus de 90% dans les villes, se sont distendus et transformés.
La COVID 19 pourrait ne pas arranger les choses puisque la chauve-souris et le désormais célèbre pangolin ont été identifiés comme étant vraisemblablement à la source de l’épidémie. Mais si ces animaux sont responsables du problème, coupables ils ne le sont sûrement pas. Car c’est plutôt du côté du comportement humain qu’il faut chercher les causes profondes du problème.
Est-ce que cette catastrophe nous fera prendre conscience de certaines évidences qui nous auraient échappées en temps ordinaire ? Nous poussera-t-elle vers un « jour d’après » différent ? Continuer la lecture

Prenons l’air (virtuellement !)

Citer

Ces temps de confinement nous ont donné une terrible envie de prendre l’air !

Alors, pourquoi ne pas voyager grâce aux images à couper le souffle d’un reportage sur le monde animalier de Vincent Munier

 

 

ou découvrir des agriculteurs formidables et innovants dans le film « Le champs des possibles »

ou  devenir plus intelligent avec l’excellente émission « De cause à effet » de France Culture, par exemple :

Réponse à notre sollicitation d’engagements des candidats à Jouy-en-Josas :

Chacun des candidats, à savoir : Un Avenir pour Jouy et Vivre Jouy, a reçu une liste d’engagements spécifiques à la commune pour préciser les points qui nous apparaissent les plus sensibles.
Il leur appartenait de prendre position vis-à-vis de ceux-ci, avec la possibilité de les amender, de les rejeter ou de les adopter tels.
Un mailing auprès des adhérents de l’association des Amis de la Vallée de la Bièvre complètera notre information.
Nous reproduisons ci-dessous la réponse aux différents engagements que nous avions soumis à chaque liste.

  • En ce qui concerne Un Avenir pour Jouy,

engagements UAPJ

Réponses à la charte des AVB

  • En ce qui concerne Vivre Jouy,

Réponse MHA aux AVB

 

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

CONTEMPLER LE BALLET DES OISEAUX DEPUIS SA FENETRE !

mésange bleue

Un des plaisirs de l’hiver :

contempler le ballet des oiseaux depuis sa fenêtre !
L’hiver est une saison difficile pour eux et, sachant la baisse de nombre d’entre eux*, il est important de les aider à passer cette étape si l’on veut les voir nombreux au printemps. Savez-vous que la mésange perd, par temps froid, 1/3 de son poids chaque nuit à maintenir sa température corporelle ? Il lui faut dépenser beaucoup d’énergie pour s’alimenter et compenser cette perte.
Alors que pour nous il est si simple de mettre à disposition des graines de tournesol ou de millet, des arachides décortiquées -et non salées !!- et des boules de graisse.
Eviter les restes d’aliments qui ne sont pas adaptés : pain, pâtes ou riz.
Et ensuite le spectacle est gratuit et fascinant ! leur agilité, leurs couleurs de plumage, leur sociabilité, leur comportement, tout est passionnant !
Dans notre vallée, mésanges charbonnières, bleues, huppées, nonnettes, rouge-gorges, bouvreuils, chardonnerets sont fréquents. N’hésitez pas à nous dire si vous avez d’autres visiteurs !
Attention toutefois aux prédateurs : les chats sont redoutables tout autant que les perruches vertes.
Les insecticides ont des effets plus sournois : ils les privent des ravageurs, proies qu’ils consomment en quantité, pour leur nichée ou pour eux-mêmes, en débarrassant nos jardins, potagers et vergers (un couple de mésanges serait capable de protéger une quarantaine d’arbres fruitiers). Méthode efficace et 100% bio !

*le CNRS et le Muséum national d’histoire naturelle ont constaté par les résultats de leurs réseaux de suivi des oiseaux la baisse à une vitesse vertigineuse de leur nombre.

LES ZONES HUMIDES ET LEURS BÉNÉFICES

Citer

Zone humide d’un étang de la Bièvre

Les bénéfices des zones humines ont fait l’objet d’un article dans le Castor n°86 :
–       Contribuer à la dépollution des milieux aquatiques,
–       Renforcer les dispositions contre les inondations,
–       Porter une biodiversité spécifique singulièrement riche.
Mais ce ne sont pas les seuls ! Le présent article développe les autres avantages des zones humides.

Continuer la lecture

L’agroécologie peut nourrir 10 milliards d’humains !

Citer

Marc Dufumier, célèbre agronome, a donné une conférence passionnante sur ce thème lors d’une conférence à Jouy-en-Josas le 2 octobre dernier. Pas de grands discours théoriques dans cette intervention mais des faits, une analyse précise, des arguments scientifiques rigoureux.


Il a montré à quel point le modèle de l’agroécologie s’oppose fondamentalement à celui de l’agriculture conventionnelle. Il ne considère pas le sol comme un support mécanique pour faire pousser des plantes sous assistance chimique, mais l’ensemble de « l’écosystème agricole » qui prend en compte toutes les interactions qui s’y produisent.

Marc Dufumier fait partie de ces écologistes qui vous redonnent le moral en développant des solutions crédibles dont tous ceux qui ont une responsabilité dans ce domaine feraient bien de s’inspirer. À nous aussi de les y aider. Continuer la lecture