Dossiers

Que ce soit pour une publication dans le Castor, un ouvrage, ou pour la contribution à la concertation dans la cadre de projets publics, les AVB sont souvent amenés à élaborer des dossiers dont le contenu reste pérenne.
Ces dossiers sont rassemblés dans cette page.

Site classé de la vallée de la Bièvre

La Vallée de la Bièvre, pour sa partie amont de Guyancourt à Verrières-le Buisson, a été classée le 7 juillet 2000 pour la qualité de ses paysages. Elle constitue aussi un précieux réservoir naturel de biodiversité aux portes d’une ceinture parisienne très dense. Fragile, convoité mais protégé, c’est ce site exceptionnel que ce dossier vous propose de découvrir.

Déchets

La question des déchets n’est pas nouvelle. Leur traitement fait aujourd’hui l’objet d’une organisation complexe. Comment sont-ils collectés, triés, recyclés ? Peut-on éviter d’en produire ? c’est ce que vous propose de découvrir ce dossier.

Aménagement du territoire – Urbanisation

L’aménagement du territoire et l’urbanisation sont au coeur des politiques qui impactent le cadre de vie en vallée de Bièvre comme partout ailleurs. Mais la particularité de la la Vallée est son attractivité, due à sa proximité avec Paris et la qualité de son cadre de vie, qui conduit à une incroyable pression pour l’urbaniser toujours plus. Comment résister à cette pression sans l’enfermer dans un cocon ? C’est le thème de ce  dossier.

Protection du plateau de Saclay – ZPNAF

Il faut se reporter 15 ans en arrière pour apprécier à quel point la ZPNAF (“Zone de protection naturelle, agricole et forestière” du plateau de Saclay) nous a sauvés du pire. Sous le Gouvernement de Villepin, un projet d’opération d’intérêt national (OIN) était annoncé sur le plateau de Saclay, avec un « Cluster » rassemblant plusieurs grandes écoles et universités scientifiques, des Instituts et centres de recherche, en somme une sorte de “Harvard à la française“. En fait il s’agis- sait, sous couvert d’un projet d’excellence, d’urbaniser la quasi-totalité du plateau. Deux cent mille nouveaux habitants nous auraient ainsi rejoints, effaçant les terres agricoles de Saclay, parmi les dernières si proches de Paris et si fertiles. -> Accéder au dossier